C’est l’Eté – Série Limitée #1 // Galerie Le Soixante neuf

Exposition collective // Bordeaux // Juin 2013

Une proposition de Franck Tallon

C'est l'été - Exposition au soixante neuf - Juin 2013

C’est l’été – Exposition au soixante neuf – Juin 2013

Avec Nicolas d’Hautefeuille, Jo Brouillon, Thierry &Bruno Lahontàa, Bruce Bégout, Didier Arnaudet, Michel Schweizer, Gergory Pach et Bito Ortéga

Du 21 juin au 14 juillet 2013
Ouvert du jeudi au samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous
69 rue Mandron – 33000 Bordeaux

 

Adieu doudounes, adieu parkas, l’été est là et il est donc temps de retrouver avec joie nos plus beaux tee shirts… à motifs… car quoi de mieux qu’un tee shirt pour faire passer le message ? Franck Tallon, graphiste de choc ( directeur artistique de la revue « Le festin » et de la Communauté Urbaine de Bordeaux après avoir longtemps oeuvré pour l’identité graphique d’Arc en Rêve) l’a bien compris et pour prouver que le tee shirt est un support qui en vaut bien d’autres, il a convié pour cette expo une belle bande d’agités du crayon…. des graphistes certes comme Bilto Ortega, Pachworks, des peintres  comme les frères Lahontaâ,  Jo Brouillon ou Nicolas d’Hautefeuille mais aussi des auteurs comme le philosophe Bruce Bégout, le chorégraphe Michel Sweitzer et le critique d’art Didier Arnaudet à inventer une nouvelle ligne de tee shirts estivaux produits en série limitée, forcément et dont vous vous ferez un devoir de les arborer fièrement en terrasse ou sur le sable pour relever un peu le niveau  des productions de masse… Impossible de vous dire ce qui se trame pour l’instant, les designs et slogans étant jalousement tenus top secrets… Il vous faudra donc attendre le premier jour de l’été pour découvrir ces « must have » tirés à 25 ex chaque… Une chose est sure, connaissant le travail de certains des protagonistes, certains modèles devraient envoyer grave la buchette…

+ En savoir plus

 

CARTE BLANCHE A PIERRE BURAGLIO // Galerie IUFM Confluence // Collectif BGB

Exposition collective // Lyon // Juin 2013

Le collectif BGB : Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

Carte blanche à Pierre Buraglio, Collectif BGB

« Les Sabines », 2009, Technique mixte sur toile libre, 200 x 215 cm

Du 06 juin au 12 juillet 2013 – Vernissage le jeudi 6 juin à 18h30 en présence des artistes

Galerie IUFM Confluence(s) – 5 Rue Anselme – 69004 Lyon

Pierre Buraglio est né à Charenton en 1939. Il vit et travaille à Maisons-Alfort.
Refusant le tableau de chevalet au profit d’une image constituée de multiples strates, l’artiste alterne alors la vivacité des couleurs avec des teintes plus neutres, dans un rythme saccadé. Héritier de Braque ou de Schwitters, son oeuvre résolument moderne devait bouleverser la scène artistique française des années 1960. La galerie IUFM Confluence(s) lui a consacré une exposition personnelle en 2004.

“La pratique du collectif”
 :

Parallèlement à leurs recherches personnelles qu’ils mènent au quotidien, Claude Buraglio, Franck Garcia et Jo Brouillon ont démarré depuis plus d’un an, un projet commun de travaux “à six mains”. Dans une époque où l‘individualisme semble être l’unique maître mot, ce projet de “faire ensemble” se présente comme une véritable alternative, presque un “acte politique”, pour les individus qu’ils sont par essence. Loin de l’idée de “groupe” et de ses dogmes d’appartenance, leur approche consiste à appréhender, l’un après l’autre, l’oeuvre en construction comme un espace commun d’activité, d’interaction, d’émulation, de divergence aussi, où chacun préserve la liberté de pratiquer son propre langage, de présenter son univers, rebondissant sur les idées, les signes et les intentions des deux autres protagonistes. En résulte une narration apparemment improbable et pourtant complètement lisible.

« Ce qui m’interresse chez ces trois jeunes peintres, c’est leur posture. Ce sont les attitudes pratiques, matérielles qui investissent celle-ci. Précisement dans une société fondée sur l’égoïsme qui cherche par mille appâts à corrompre, à avilir. (…) » (Propos de Pierre Buraglio)

 

OU EST PASSEE LA PEINTURE // Galerie Jean Collet

Exposition Collective // Fontenay-sous-Bois// Mai 2013

En partenariat avec la galerie municipale Jean Collet de Vitry-sur-Seine

Du 21 mai au 5 juillet – Vernissage mardi 21 mai à partir de 18h

Où est passée la peinture, Galerie Jean Collet

Où est passée la peinture, Galerie Jean Collet

Nef de la Halle Roublot  – 95 rue Roublot – 94120 Fontenay-sous-Bois

Sur une proposition de Philippe Chat, l’exposition Où est passée la peinture ? a été imaginée à partir d’un choix d’œuvres dans la collection Novembre à Vitry. Cette collection regroupe les 86 œuvres lauréates de ce Prix de peinture créé en 1969 par la ville de Vitry-sur-Seine pour des artistes de moins de quarante ans. Deux lauréats annuels, choisis par un jury régulièrement renouvelé uniquement composé d’artistes de renom, et dont l’œuvre primée entre dans la collection municipale. Le titre de ce projet est un clin d’œil à ces œuvres qui viennent séjourner momentanément à Fontenay. Mais il pose aussi des interrogations : que font ces artistes maintenant ? Abordent-ils les mêmes thématiques ? Font-ils toujours de la peinture ? Sont-ils passés à d’autres médiums ? L’exposition présente l’œuvre de référence et quelques pièces du travail plus récent de chaque artiste.

Les artistes :
 Mélik Ouzani, Alicia Paz, Maëlle Labussière, Martin Mc Nulty, Xavier Drong, Marie-Claude Bugeaud, Dominique De Beir, Claude Buraglio
(collectif BGB), Hervé Télémaque

 

CADAVRES NON-EXQUIS // Collectif BGB

Exposition collective // Paris // Décembre 2012

Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon, du 12 au 29 décembre 2012

Galerie Frédéric Moisan, 72 Rue Mazarine 75006 PARIS

Cadavres non-exquis, Collectif BGB

Cadavres non-exquis, Collectif BGB

Tenir à distance l’image, tel est le défi proposé par l’exposition « Cadavres non exquis » présentée à la galerie Frédéric Moisan. Claude Buraglio et ses deux acolytes Jo Brouillon & Franck Garcia deviennent les acteurs de ce jeu collectif qu’ils revisitent.

Pierre Buraglio rapproche « cette pratique de l’improvisation collective qu’elle appartienne au New-Orléans ou au Free-jazz ». « Ces artistes, ces citoyens s’essaient et réussissent dans une certaine mesure à couper court avec l’individualisme – face dévoyée de l’individualité, à provoquer l’échange, la réciprocité. » (août 2009)

Ici, l’image est fabriquée et trafiquée. Claude Buraglio collecte des images des années 30’s qui se retrouvent ensuite isolées, recyclées, évidées, dénaturées. L’image a perdu son sens premier, elle est déchue, délavée. Ce n’est plus le contenu de l’image qui nous retient, c’est un « au-delà » de l’image ; un substrat de vie qui continue à « émettre ». Aussi dans ses lithographies, Claude détourne l’image d’origine. Elle n’en retient que la force d’attraction et nous transporte dans une nostalgie des origines. A ce propos, Stéphane Doré dira de l’image qu’elle est « suffisamment présente, grâce au procédé du collage qui en renforce l’unité, et à son agrandissement qui lui octroie un pouvoir d’attraction visuel important, pour sidérer le regardeur ; Suffisamment inconsistante pour porter en elle le fantôme de l’image d’origine, un quelque chose d’évanescent, qui tout en nous disant que bientôt nous en perdrons la trace, nous la rappelle. » Et il ajoute « Ce refus de se laisser bercer par les ronronnements continu des une se succédant aux autres, ce refus de croire à leurs contenus dérisoires est une attitude que l’on pourrait rapprocher de celle de Manet, qui s’insurgeait contre les poses outrancières des modèles, contre une société bourgeoise qui maintenait artificiellement un sublime, des conventions, des « formes vides ».

Des objets en papier mâché réalisés à partir de journaux israéliens, arabes et français, viendront ponctuer l’exposition : crâne, escarpins et bananes. Pauvreté du matériau et économie de moyens, ces objets de vanité – fétiches ? – entre mythe et symbole, échappent au prosaïque. « … ces opérations étant autant de façons de faire rentrer ces images-là (ou ces objets vus et revus) dans le champ de l’Art ». Pierre Wat, 2003 

D’objets ordinaires et d’images empruntées, Claude Buraglio donne naissance à des icônes falsifiées. L’objet ou l’image se prostitue et nous sidère.

 

EXPO GALERIE KURYOS // Septembre 2012

Exposition personnelle // Bordeaux // septembre 2012

Exposition Galerie Kuryos 2012

Exposition Galerie Kuryos 2012

Exposition dessins et peintures à la galerie Kuryos de JO BROUILLON.

Vernissage le jeudi le 13 septembre 2012 à partir de 19h en présence du peintre

Galerie Kuryos. 23 rue minvielle, 33000 Bordeaux

>> www.kuryos.com

 

FORMATS A3 // LA PRATIQUE COLLECTIVE // Collectif BGB

Exposition collective // Bordeaux // Mai 2010

Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

Format A3, La pratique collective, collectif BGB

Format A3, La pratique collective, collectif BGB

Dans le cadre de la programmation annuelle d’Isidor Krapo, Claude Buraglio, Franck Garcia et Jo Brouillon présentent  “Formats A3” (la pratique collective)

Atelier Isidor Krapo

17 rue élie gintrac Bordeaux (quartier Victoire)

>> + d’infos : www.buragliogarciabrouillon.com

 

EN CORPS ET ENCORE // Galerie Suty

Exposition collective // Coye-la-forêt // Février 2010

EN CORPS ET ENCORE, Galerie Suty

EN CORPS ET ENCORE, Galerie Suty

Le corps dans tous ses états par 22 grands et  jeunes artistes d’aujourd’hui réunis autour du thème du corps, en peinture, sculpture, photo, dessin et collage.

Galerie Suty – 75, Grande Rue, 60580 Coye-la-Forêt

>> www.galeriesuty.com

 

Exposition SOUS LA TENTE

Exposition éphémère // Bordeaux // Février 2010

28 rue Bouquière, Bordeaux

Christophe Massé reçoit Jo brouillon à l’occasion de l’exposition Sous la tente

Exposition SOUS LA TENTE , Février 2010

Exposition SOUS LA TENTE , Février 2010

L’aimant (songe de Jo Brouillon)  pour E.

Ainsi va la vie ! Elle ne nous ménage pas. Dans aucun sens du terme, et nous pouvons avoir de la chance. Nous habitons ici, à Bordeaux, la plus belle ville de cette douce France. Quoiqu’ il s’y passe, c’est toujours gavé mieux, genre meilleur à prendre, que de se trouver dans les endroits de la planète où pleuvent les bombes, accablé par les maladies, terrassé par la famine qui chaque jour condamnent à mort des milliers d’artistes peintres qui n’auront jamais encore eu le bonheur de prendre connaissance de l’existence d’une quelconque création… là où la nature se déchaîne pour faire table rase, en moins de temps qu’il ne le faut au peintre dessinateur pour tailler son crayon, la place de l’art n’est sans doute pas dans la belle sérénité qu’en occident artistes nous recherchons. Lieu commun, qu’une époque douloureuse me prie plus, qu’elle ne me pousse, à évoquer. Notre pain blanc est formidable, même si nous avons attaqué la croûte depuis longtemps, il reste des miettes et les artistes qui courent sur la queue de l’hippocampe les picorent. J’aime les artistes dans la peau d’artistes. Les derniers survivants.  La planète des sentiments est un grand stade comme celle de l’art est un minuscule terrain de jeu; espaces d’enjeux aussi importants pour les santés mentales; balayés par les tsunamis du cœur, les pluies affectives, les déflagrations d’envies de tout plaquer, qui deviennent des histoires à charmer du bout des lèvres, les yeux noyés d’aube fine, la queue posée sur la ligne bleue des draps au petit jour, quand depuis la salle de bains, l’odeur du pain qui grille au loin donne à la buée sur les carreaux ses lettres de noblesse, et l’envie, de la pointe du doigt, de dessiner ces petits cœurs qui disent: je t’aime.

Lire la suite

 

« Quartet » Pierre Buraglio invite : Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

Exposition collective // Mont de Marsan //Novembre 2009

Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

Centre d’art contemporain Raymond Farbos , 3 rue Saint-Vincent-de-Paul, 40000 Mont de Marsan

Texte de Pierre Buraglio

« Quartet » Pierre Buraglio invite : Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

« Quartet » Pierre Buraglio invite : Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

Carriériste de tout pays : liquidez-vous (Bombage sur un mur du XXème arrondissement de Paris.

Il ne s’agit ici (mais jamais sérieusement il ne le fut) que d’une question de formes et de couleurs « en un certain ordre assemblées ». (1)

L’idéologie de l’Art pour l’Art, si vivace comme le Formalisme, ne sont que des impasses. L’inspiration comme la Tour d’ivoire, des clichés éculés.  Non : ce qui m’intéresse chez ces trois jeunes peintres : Claude Buraglio, Jo brouillon et Franck Garcia – c’est leur posture. Ce sont les attitudes pratiques, matérielles qui investissent celle-ci.  Précisément dans une société fondée sur l’égoïsme qui cherche mille appâts à corrompre, à avilir.  Ces artistes, ces citoyens s’essaient et réussissent dans une certaine mesure à couper court avec l’individualisme – face dévoyée de l’individualité, à provoquer l’échange, la réciprocité. Lire la suite

 

10 CHEFS D’OEUVRE EN PIN MARITIME // Art Chartrons

Exposition collective //Bordeaux // nov. 2009

Hangar en bois, dans le cadre de Art Chartrons

Réédition à la maison de l’architecture de Bordeaux // fév. 2010

Chefs d'oeuvre en pin maritime, Art Chartrons 2009

Chefs d’oeuvre en pin maritime, Art Chartrons 2009

Le projet « 10 chefs-d’oeuvre en pin maritime » a pour objet de faire découvrir les qualités du bois de pin en exposant les sculptures réalisées pas 10 équipes pluridisciplinaire.

 

SALON SLICK PARIS // Foire d’art contemporain

Exposition collective // Paris // Oct 2009

Quatrième édition de la foire d’art contemporain – avec la galerie Suty

Salon Slick, Foire d'art contemporain, Paris 2009

Salon Slick, Foire d’art contemporain, Paris 2009

Slick s’affirme comme le tremplin artistique audacieux, comme la scène émergente ouverte à toutes les disciplines artistiques du monde entier, où l’on crée, se rencontre, se parle, s’étonne, se promène, où l’on envisage, fait le pas, où l’on débat, retrouve le plaisir, celui de la découverte et de l’enthousiasme…

 

SALON ARTS ELYSEES // Salon d’art Contemporain, Paris

Exposition collective // Paris // Oct 2009

Troisième édition du salon d’art contemporain – avec la galerie Suty

Salon Arts Elysées, Paris 2009

Salon Arts Elysées, Paris 2009

Du 22 au 26 octobre 2009 Art Elysées s’installe sur les Champs Elysées pour la troisième année consécutive. Cette foire d’art moderne et contemporain est l’occasion de découvrir une sélection d’œuvres singulières et d’exception présentées par des galeries confirmées ou émergentes.

 

VOS PAPIERS // Galerie Suty

Exposition collective // Coye-la-forêt // Sept. Nov. 2009

Jo Brouillon, Day Guedin, Mica Valcke, Anne Van Der Linden, Yasmina

Galerie Suty, 75 Grande Rue, 60580 Coye-la-Forêt

Vos papier, Galerie Suty, 2009

Vos papier, Galerie Suty, 2009

 

UN TRAIT PEUT EN CACHER UN AUTRE // Galerie Pallade

Exposition personnelle // Lyon //Septembre 2009

Galerie Pallade, 35, rue Burdeau, 69001 Lyon

Texte de Jean-Pierre PLUNDR à l’occasion de l’exposition à la Galerie Pallade // 2009

Un trait peut en cacher un autre, Galerie Pallade, 2009

Un trait peut en cacher un autre, Galerie Pallade, 2009

Non seulement, les tableaux de Jo Brouillon se regardent, mais ils se lisent. Derrière le fourmillement des traits, des images, des références, et l’apparente confusion des compositions, une volonté de mise en ordre se révèle. Ainsi à priori, tout est jeté pour que le regard fasse le tri et qu’ensuite se reconstruise à posteriori une méthode génératrice de sens, ce, dans la plus pure tradition Kantienne, implacable dans son processus logique.  Il nous reste à découvrir en raison de quel grain de sable, cette machine à penser, huilée par les soins du mécanicien brouillon, nous entraîne dans les territoires plus hasardeux du raisonnement en escalier. Serions-nous projetés, par l’omission d’une marche, dans les visions poétiques de Baudelaire quand il évoque la qualité du « dessin barbare* » consistant pour un peintre à cerner la mémoire par un trait synthétique et abréviateur, ou sommes-nous noyés dans les eaux troubles de l’origine du langage élaboré par le prince des penseurs Jean-Pierre Brisset prétendant que : « l’origine universelle des langues se concentrait dans le Coa-Coa des grenouilles. »**  Méditons avec rigueur cet extrait du lexique volé en lisant au hasard des tableaux de l’artiste, des mots qui résonnent comme une invitation à la compréhension souriante : « Avant-gardiste, transformer la grimace, ni paix ni temps, en douce extase, ritorno di fiamma, pollen mystic, Danae et la pluie d’or, abracadabra chéri bibi, le tyran au zoo russe, to bebop or not…  Les mots une fois assimilés, traits et doubles traits nous excitent pour trouver une solution à ce rébus poétique.

>> Consulter le site

 

BIENNALE DE LYON // Galerie Pallade

Exposition collective // Lyon // 2009

Galerie Pallade, 35, rue Burdeau 69001 Lyon

Biennale de Lyon 2009, exposition collective

Biennale de Lyon 2009, exposition collective

L’imagerie de Jo Brouillon est fondée sur le Street Art, la musique, le cinéma, le hip hop, l’histoire, la science, la culture, … La toile devient un lieu d’apprentissage, d’interrogation, de passage, de métissage, comme autant de passerelles d’un monde, d’une culture à une autre.

La rigueur technique de son travail traduit un amour profond de la couleur, du dessin, du papier, de l’encre … Ses oeuvres recèlent une complexité d’associations et d’oppositions dont la profondeur trouble la lecture instantanée des éléments qui accrochent le regard en premier lieu. D’un trait noir, qu’il double ou triple, l’artiste se sert de son aisance et de sa maîtrise pour « brouillonner » à sa guise, et déstabiliser le spectateur. Jo Brouillon mêle engagement, violence,  dérision et humour et met son public à l’épreuve des contrastes et des aberrations qui font la vie. Du dessin sur papier, de la peinture sur toile à l’installation murale, Jo est avant tout peintre mais aussi illustrateur, graffeur et poète.

Il s’interroge sur le rôle de la mémoire et sur le rapport à l’histoire et aux histoires qui la font.

 

LE MYTHE & LA MARQUE CHE GUEVARRA // Galerie Suty

Exposition collective // Coye-la-forêt // Mai-Juin. 2009

Galerie Suty, 75 Grande Rue, 60580 Coye-la-Forêt

Le mythe & la marque Che Guevarra // Galerie Suty

Le mythe & la marque Che Guevarra // Galerie Suty

70 artistes réinterprètent le mythe du Che et explorent les multiples facettes du héros culte devenu marque et logo de produits-prêts-à-adorer.

 

CARTE BLANCHE – TRAITS NOIRS // Collectif BGB

Exposition collective // Langon //Avril 2008

Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

ESPACE DES CARMES, 8 Cours des Carmes, 33210 Langon

exposition collectif BGB - Carte blanche Traits Noirs - Avril 2008

Parallèlement à leurs recherches personnelles qu’ils mènent au quotidien, Claude Buraglio, Franck Garcia et Jo Brouillon ont démarré depuis plus d’un an, un projet commun de travaux “à six mains”.

Dans une époque où l’individualisme semble être l’unique maître mot, ce projet de “faire ensemble” se présente comme une véritable alternative, presque un “acte politique”, pour les individus qu’ils sont par essence. Loin de l’idée de “groupe” et de ses dogmes d’appartenance, leur approche consiste à appréhender, l’un après l’autre, l’oeuvre en construction comme un espace commun d’activité, d’interaction, d’émulation, de divergence aussi, où chacun préserve la liberté de pratiquer son propre langage, de présenter son univers, rebondissant sur les idées, les signes et les intentions des deux autres protagonistes. En résulte une narration apparemment improbable et pourtant complètement lisible.

“Carte blanche, traits noirs” est la première exposition de ces travaux en commun, sous la forme d’une série de 9 toiles de 2 mètres x 2,25, prouvant que l’expérience collective est encore renouvelable, le propos d’actualité, et le résultat interrogeant le spectateur. Lire la suite

 

CANTE MON BEL UCELLO // Librairie Mollat

Exposition personnelle // Bordeaux // Octobre 2007

Librairie Mollat, 15 Rue Vital Carles, 33080 Bordeaux

Texte de Mélissa Martin à l’occasion de l’exposition à la Librairie Mollat, Bordeaux

Exposition personnelle Jo Brouillon, Librairie Mollat, Bordeaux

Exposition personnelle Jo Brouillon, Librairie Mollat, Bordeaux

Sans être prisonnier des codes de l’immanence réaliste, Jo Brouillon se tient au bord du monde dont il détermine les limites par sa marginalité même. Il travaille jusqu’à ce point de tension hallucinée entre éveil et rêve, créant une oeuvre fantasmagorique en trompe-l’oeil où réalité et fiction,  normalité et bizarrerie s’entrecroisent dans la cohérence décalée d’une vision subjective. Cet artiste,  qui dans son essence tend vers le désir de mystère, a peuplé son univers de créatures protéiformes et de personnages « puzzle ». Chez lui, les hommes, les femmes, les objets, la nature ne sont jamais présentés tels qu’ils apparaissent au premier, au simple regard. Ils demeurent au-delà d’une pure ambition d’anatomiste, nécessairement autres, chargés d’incertitudes, habités, névrotiques parfois. Joël a fait du corps l’objet privilégié d’un façonnage et d’une volonté de maîtrise; un corps structuré qui se prête à toutes les anagrammes.

A l’abri derrière ce « parasitage » délibéré des repères, une malice embusquée scintille. L’artiste s’ »ensauvage », déforme les mots, projette ses propres pulsions indomptées. Ses dessins, sublimés par la poétisation du trait, flambent devant nos yeux. Ils mêlent les états d’un subconscient étrange, ceux de l’idée voluptueuse, des envies inavouées. Ce qui importe, c’est le ressenti et l’enivrement à chaque instant; la sensation fortuite, délicieusement affleurante, qui ouvre la cage en fer ornée d’évidences solipsistes pour laisser partir l’oiseau « cante mon bel ucello »…

Texte en anglais de Eva in « Mod’Art »  : Jo Brouillon kicks ass in Bordeaux

I just love to discover the work of great artists I never knew about before and Jo Brouillon is definitely one of them. He’s currently showing a selection of recent drawings under the title of « Cante mon bel Ucello » at the gallery of his hometown Bordeaux’s biggest book shop Mollat through the month of November and it looks just amazing. Visit the expo and comfortably get lost in his great detailing, cut-and-pasting, typography and use of materials that make you want to get started on some drawings too.

Graphic artist Jo Brouillon usually exhibits his paintings but this time chose to show an overview of his sketchbook drawings and collages. The all-over wall installation forms a completely new world: at times narrative, anecdotic and poetic, the seperate pieces form a figurative whole. The visitor’s invited to look closely at every drawing and see it as an artwork on it’s own, then take a step backwards and view it as an intertwining composition, like a modern kind of « cabinet of curiosities ». Using different materials like ballpoint pens, found stained and ripped up pieces of old paper, paint and typography, the drawings vibrate and respond to each other. Layering drawings, using doodles and combining images without trying to express a message may seem pointless to some, his universe looks like heaven to me.