CARTE BLANCHE A PIERRE BURAGLIO // Galerie IUFM Confluence // Collectif BGB

Exposition collective // Lyon // Juin 2013

Le collectif BGB : Claude Buraglio, Franck Garcia, Jo Brouillon

Carte blanche à Pierre Buraglio, Collectif BGB

« Les Sabines », 2009, Technique mixte sur toile libre, 200 x 215 cm

Du 06 juin au 12 juillet 2013 – Vernissage le jeudi 6 juin à 18h30 en présence des artistes

Galerie IUFM Confluence(s) – 5 Rue Anselme – 69004 Lyon

Pierre Buraglio est né à Charenton en 1939. Il vit et travaille à Maisons-Alfort.
Refusant le tableau de chevalet au profit d’une image constituée de multiples strates, l’artiste alterne alors la vivacité des couleurs avec des teintes plus neutres, dans un rythme saccadé. Héritier de Braque ou de Schwitters, son oeuvre résolument moderne devait bouleverser la scène artistique française des années 1960. La galerie IUFM Confluence(s) lui a consacré une exposition personnelle en 2004.

“La pratique du collectif”
 :

Parallèlement à leurs recherches personnelles qu’ils mènent au quotidien, Claude Buraglio, Franck Garcia et Jo Brouillon ont démarré depuis plus d’un an, un projet commun de travaux “à six mains”. Dans une époque où l‘individualisme semble être l’unique maître mot, ce projet de “faire ensemble” se présente comme une véritable alternative, presque un “acte politique”, pour les individus qu’ils sont par essence. Loin de l’idée de “groupe” et de ses dogmes d’appartenance, leur approche consiste à appréhender, l’un après l’autre, l’oeuvre en construction comme un espace commun d’activité, d’interaction, d’émulation, de divergence aussi, où chacun préserve la liberté de pratiquer son propre langage, de présenter son univers, rebondissant sur les idées, les signes et les intentions des deux autres protagonistes. En résulte une narration apparemment improbable et pourtant complètement lisible.

« Ce qui m’interresse chez ces trois jeunes peintres, c’est leur posture. Ce sont les attitudes pratiques, matérielles qui investissent celle-ci. Précisement dans une société fondée sur l’égoïsme qui cherche par mille appâts à corrompre, à avilir. (…) » (Propos de Pierre Buraglio)